Rod Marty, sur les pas de Stephen King.

Rod Marty est un auteur français dont le premier roman, Les Enfants de Peakwood, a fait l’objet de nombreuses critiques élogieuses.
Cette année il nous a proposé son nouveau livre, La Mère des Eaux, que j’ai lu récemment et beaucoup apprécié.

Les Enfants de Peakwood parle de traditions indiennes, de résurrections, de sacrifices, de la Mort et des négociations que l’on fait parfois avec elle. La Mère des Eaux traite de traditions qui sont cette fois autour de la culture vaudou, mais les autres thèmes sont à peu de choses près semblables dans les deux livres.

plat-110.jpg

On retrouve dans ces deux livres une ambiance commune à celle présente dans certaines histoires du King, comme Salem ou encore Simetierre.. Notre lecture évolue avec une impression glauque, de quelque chose qui nous pèse du début à la fin du livre. Les deux auteurs mettent leur contexte en place avec brio, tout comme ils développent leurs personnages avec précision et profondeur. Au delà des horreurs, ce qui importe ce sont les motivations profondes des personnages, et l’amour de ceux pour qui ils sacrifient leurs vies.

pet-sematary-featured-pic
« Pet Sematary », adapté du livre du même nom, en français Simetierre.

On sent derrière les titres de ces deux auteurs beaucoup de travail, qui à la fin nous plonge dans un univers unique, reconnaissable entre mille. Bien sûr, Rod Marty ne se hisse pas encore à la hauteur de Stephen King, pour cela il faut qu’il approfondisse encore plus ses personnages que ce qu’il fait déjà, et qu’on sente vraiment sa patte dans les dialogues. En fait, il faut qu’il affirme de plus en plus sa personnalité et qu’il ne se retienne pas d’écrire plus, de développer plus de choses qui, certes, à la fin, vont donner des romans d’un certain volume, mais complets et également parfaits.

Stephen-King-014.jpg

J’attend donc avec impatience les prochaines parutions de cet auteur, tout comme j’attend toujours celles de Stephen King avec hâte.

Publicités

TAG : Les Classiques

Bonjour à tous ! Aujourd’hui j’ai décidé de vous proposer un tag créé par Pauline de la chaîne Youtube et du blog Pinupapple. Vous pouvez retrouver son article ainsi que sa vidéo en cliquant juste ici. Le tag consiste en une série de questions autour de la littérature dite classique, une littérature que l’on ne retrouve pas forcément de façon majoritaire sur les chaînes et les blogs, à mon grand désespoir. 

Fotolia_49713581_Subscription_Monthly_M.jpg

  • Avant tout, quelle est pour toi la définition d’un classiqueUn classique est une oeuvre qui a marqué son époque et continue de marquer les esprits encore aujourd’hui. Souvent ces oeuvres sont à contre-courant avec la politique et la culture de leur époque. Beaucoup ne sont pas appréciées à l’heure de leur publication mais bien après la disparition de l’auteur. 
  • Quel a été le classique qui t’a fait aimer les classiques ? C’est une question très difficile.. mais je vais dire Le Père Goriot de Zola qui m’a profondément marquée. Je m’en souviens encore très bien aujourd’hui et d’ailleurs, j’aimerais beaucoup le relire. La lecture de Jane Eyre à la fac m’a aussi donné un second souffle, après cela j’ai commencé à lire de plus en plus et des genres très différents, là où avant je stagnais toujours dans le même genre, à raison d’une ou deux lectures par mois. 
  • Qu’apprécies-tu dans les classiques que tu ne retrouves pas dans les romans contemporains ? Beaucoup de choses ! Tout d’abord, la plume des auteurs d’antan n’a rien à voir avec celles des auteurs d’aujourd’hui. Même si l’on trouve aujourd’hui des auteurs qui écrivent avec style (je pense à Carlos Ruiz Zafon ou encore à G.R.R Martin qui ont beaucoup de talent), j’ai l’impression que l’on passait plus de temps sur la forme autrefois qu’aujourd’hui. Je trouve aussi que beaucoup de contemporains abordent des thèmes légers avec humour et simplicité, et ce n’est pas ce que j’aime. J’aime les histoires complexes, les intrigues sombres aux dénouements lourds et parfois imprévisibles. Il y a aussi plus souvent des messages sociaux et politiques forts dans les classiques, les romans sont publiés en temps de guerre, de révolutions, et ils n’ont pas le même impact qu’aujourd’hui. Ils sont beaucoup plus puissants. Ce sont des monuments. 

1372436-gf

  • Quel est ton courant littéraire favori ? Au vu de ma réponse à la question précédente, je pense qu’il est évident que le courant que je préfère est celui du réalisme. J’aime beaucoup comme il est abordé par les auteurs français et russes. 
  • Quel classique conseillerais-tu en premier ? Question compliquée car on a souvent des classiques qui sont de gros pavés. Je ne conseille pas de commencer par un Dostoïevski par exemple, car même avec mon expérience ça reste quelque chose de compliqué à aborder. Je recommanderais de commencer par un Zola ou un Balzac car ils abordent des périodes de l’histoire française qui nous sont plus ou moins familières et il est donc plus facile de se projeter dans le contexte de ces romans.
  • Un classique que tu as détesté ?  Je n’ai pas trouvé de classique que j’ai vraiment détesté au sens fort du terme, mais j’ai eu un peu de mal avec Le Double de Dostoïevski qui ne soulevait pas des problématiques qui me touchent particulièrement. Je préfère lorsqu’il aborde la solitude et la folie qu’elle amène, même si en un sens c’est aussi le cas à travers cette histoire. Mais le personnage éprouve plutôt de la solitude vis-à-vis une situation et vis-à-vis d’autres personnes, plutôt que la solitude que l’on peut éprouver en constatant la singularité de sa personnalité ou de sa manière de penser et d’entreprendre les choses. 
  • Le livre classique que tu as préféré ? Sans aucune hésitation Jane Eyre ! Pourtant j’ai eu beaucoup de mal au début, tout le passage concernant son éducation en fait. On ne voit pas vraiment en quoi ce qu’elle vit est formateur pour sa personnalité. Par contre, dès le moment où elle met le pied chez Rochester et rencontre la gouvernante, j’ai su que j’allais adorer. J’aime l’ambiance, les personnages, les secrets qui remontent à la surface, la toute petite part de « magie » qui est tout de même bienvenue à la fin de l’histoire. J’ai également l’intention de lire La Prisonnière des Sargasses de Jean Rhys qui retrace la vie de « la femme dans le grenier » (je l’appellerai comme cela pour ne pas en révéler trop sur l’intrigue..)

rehost-2016-12-13-784dace5-ad65-447d-a90c-2589489b9ead

  • Un classique que tu as envie de lire : Au Bonheur des Dames de Zola, que je n’ai toujours pas lu, et qui me fait très envie depuis la vidéo de Lemon June sur le sujet qui a, je pense, tenté tout le monde.
  • Si tu devais choisir entre lire à vie des classiques ou des contemporains, que choisirais-tu ? Des classiques, qui sont plus denses et mieux écrits. Quand je pense notamment aux oeuvres d’un Alexandre Dumas et que je les compare, disons à celles d’un Gilles Legardinier, comment répondre autrement ? Non pas que j’en veuille à Legardinier, mais si je ne peux lire qu’un genre pour la vie, autant que ce soit épique et dépaysant. 
  • Un classique qui commence par la 1ère lettre de ton prénom ? Mrs Dalloway, de Virgina Woolf, malheureusement un classique que je n’ai pas réellement apprécié du fait de sa lenteur et de son calme. 
  • Ton personnage de roman classique préféré ? La créature dans Frankenstein de Mary Shelley, personnage incompris dont les motivations sont floues pour les autres personnages du roman qui ne comprennent pas du tout pourquoi il agit comme il le fait. Alors qu’au final si on prend du recul et qu’on arrête de le considérer simplement comme un monstre, ses motivations sont évidentes et son histoire très touchante. 
  • Un classique qui t’a fait rire ? Huckleberry Finn de Mark Twain. L’ami de Tom Sawyer nous amène dans des aventures toujours plus rocambolesques les unes que les autres. 
  • Un classique qui t’a fait pleurer ? Des Souris et des Hommes de John Steinbeck, un court roman qui évoque des thèmes qui me touchent profondément.
  • Un classique que tu n’as jamais terminé ? Moby Dick, de Herman Melville, commencé il y a plus d’un an et toujours pas terminé. Je n’ai même pas dépassé les 50%. Déjà qu’en français c’est une brique très dense, là je devais le lire en version originale pour la fac. Mais je n’ai pas renoncé et espère le terminer un jour. 

221377

Et vous, quels sont les classiques qui vous tentent, ou au contraire ceux qui vous effraient ou vous ont donné du fil à retordre ? Je veux tout savoir !

« Frappe-toi le coeur » peut-il de nouveau faire battre le nôtre ?

Amelie Nothomb

Amélie Nothomb. Cela fait tellement longtemps que je lis ses livres, j’ai l’impression d’avoir une vraie relation avec son travail. Une relation qui au début était idyllique (Acide Sulfurique – 2005, Antéchrista – 2003), comme toutes les autres, et qui a vite tourné au vinaigre. (Pétronille – 2014) J’ai fini par m’en lasser, par ne plus supporter ses écrits. J’ai commencé à faire la moue en voyant ses nouvelles parutions dans les librairies, et au final je savais avant d’entamer chaque lecture que j’aillais irrémédiablement finir déçue. (Riquet à la Houppe – 2016)

Pour moi, Amélie n’était plus qu’un bon souvenir de mes années d’adolescence, comme une amie que l’on a beaucoup aimée mais qui a choisi un chemin très différent du nôtre. Je pensais que les choses resteraient figées ainsi, qu’il n’y avait plus d’espoir possible pour améliorer cette situation, et là..

Frappe-toi-le-coeur

Comme tous les ans, le nouveau roman d’Amélie est mis en avant à l’occasion de la rentrée littéraire. On ne peut pas passer à côté , et malgré cela j’hésite. Je me demande à quoi bon, car même s’il est vrai que ses livres se lisent très rapidement, je n’ai pas forcément envie de vivre à nouveau une déception. Cependant, après avoir lus quelques avis de lecteurs qui semblaient se trouver dans la même situation que moi avec Amélie et qui ont été agréablement surpris par ce livre, je décide de me lancer.

Frappe-toi le coeur est l’histoire de Diane, qui dès sa naissance et de par sa beauté et sa précocité intellectuelle, vole la vedette à sa mère Marie. Nous allons la suivre tout au long de sa vie, à travers ses études et ses choix de vie, et constater l’impact de sa relation avec sa mère. Une relation qu’elle va chercher à recréer avec Olivia, une enseignante qu’elle admire particulièrement. Or, cette dernière est également mère d’une petite fille.. 

Alors, je tiens à tout de suite réfréner les ardeurs des déçus de Nothomb comme je l’ai été, ce livre n’est pas la pépite du siècle. Mais il me donne beaucoup d’espoir. Cela correspond plus à ce que j’attend d’Amélie. Je trouve qu’elle est repartie sur quelque chose de simple, profond, et très réaliste. Bon, peut-être pas la fin, mais si vous suivez Amélie vous savez que ça finit toujours un peu comme cela.

Comme me l’a fait remarquer une amie, Amélie s’amuse à placer le mot « pneu » dans chacun de ses romans, ce qu’elle a apparement fait dans ce dernier livre également. En revanche, ce qu’elle n’a pas placé, ce sont des kilomètres de métaphores et d’anecdotes autour de la danse classique et du champagne (il y a bien quelques références tout de même..). Pour cela, je lui dis un grand MERCI

Autrement, l’histoire est bien ficelée, j’aurais aimé qu’il y ait un peu moins d’ellipses et un peu plus de développement de chaque période évoquée ainsi que de la relation de Diane et Marie. Cependant, je suis déjà bien heureuse de voir la nouvelle direction que semble prendre Amélie, et j’espère que cet espoir sera confirmé dans ses prochaines parutions. 

J’aimerais finir par dire que j’ai toujours aimé Amélie, et c’est bien pour cela que je me suis accrochée. J’aime son originalité, sa personnalité et sa force de caractère. Ce que je n’aimais pas avec ses précédents romans, c’est que j’avais l’impression qu’elle écrivait plus par obligation que par passion de l’écriture. Bien sûr, je respecte totalement tous ceux qui ont aimé les romans qui m’ont déplu, et j’espère que nous pourrons tous nous entendre sur les prochains. 

Ma PAL pour le Pumpkin Autumn Challenge !

Pique-nique-d-automne-dans-le-bois-de-Vincennes.jpg

Si vous suivez un peu la blogosphère littéraire ou bien les vidéos sur Booktube, ce challenge n’a pas pu vous échapper. Le Pumpkin Autumn Challenge, inventé par Guimause du Terrier de Guimause. Je vous laisse le lien de son article juste ici au cas où vous n’auriez pas entendu parler de ce challenge, ou si vous souhaitez obtenir de plus amples informations.

Le concept est assez simple puisqu’il célèbre l’automne ainsi que la fête d’Halloween et se déroule du 1er Septembre au 30 Novembre. Je suis donc légèrement en retard mais je n’ai aucun inquiétude car je pense pouvoir facilement faire coïncider ma PAL actuelle avec celle que je vais constituer pour le challenge. 

Le challenge se compose de trois menus (comportant chacun deux sous-catégories), pour lesquels je vais vous détailler ci-après la liste des livres que j’ai choisis. Vous remarquerez que je n’ai choisi que les deux premiers menus, le troisième ayant un peu moins suscité mon intérêt, et je ne souhaitais pas me forcer à faire une lecture que je n’avais pas du tout prévue. On verra à l’issue du challenge si j’ai pu trouver des lectures correspondant aux thèmes du troisième menu..  

1er Menu : L’Automne Frissonnant

 

Misery

  • Hurlons dans les Bois Pour cette catégorie j’ai choisir de lire Misery de Stephen King qui est un thriller dans lequel une lectrice capture l’auteur de sa saga préférée car elle se trouve en léger désaccord avec la voie qu’il a choisi pour l’un de ses personnages, et elle a bien l’intention de lui faire ré-écrire l’histoire pour qu’elle lui convienne, usant pour ce faire de tous les moyens possibles.. 
  • La Crypte des Mort-Vivants On reste avec Stephen King pour cette catégorie, cette fois j’ai choisi de lire Carrie qui est une histoire de sorcellerie/possession. On suit donc une jeune fille du nom de Carrie qui vit avec une mère assez étrange et effrayante, et qui n’a aucun ami à son lycée. Au contraire, elle est moquée et humiliée en permanence, jusqu’au jour où elle va se découvrir des aptitudes mystiques particulières.    

carrie--lelivredepoche--stephenking.jpg 

2e Menu : L’Automne Douceur de Vivre

  • Creepy, Spooky Halloween Pour cette catégorie, j’hésitais à me plonger dans Les Yeux du Dragon, mais ça commençait à faire beaucoup de S. King, j’ai donc décidé de choisir Coraline de Neil Gaiman. Je ne sais pas vraiment de quoi cela parle, sinon d’une petite fille assez étrange. Je vais découvrir l’auteur à travers cette histoire et j’espère que cela me donnera envie de lire ses autres livres. 
  • « Fall » in Love Je dois avouer que cette catégorie ne m’inspirait pas franchement, étant donné que les romances ne sont pas vraiment ma tasse de thé, et puis je me suis souvenue que j’avais Et si… de Rebecca Donovan qui trainait dans ma liseuse depuis plus d’un an. Du coup, ce sera l’occasion de le lire et peut-être, qui sait, de l’apprécier..  

 

Halloween

Coup de coeur ! La fille de l’hiver – Eowyn Ivey

Bonjour à tous,

Afin de compléter un peu les revues des livres que j’ai lus pendant le Cold Winter Challenge je reviens dans cet article afin de vous parler de mon gros coup de coeur de cet hiver. Il s’agit de La fille de l’hiver de Eowyn Ivey. Souvent les livres qui sont très hype, dont on parle beaucoup sur la blogo ou sur Booktube ne me plaisent pas. Il faut dire que souvent il s’agit de Young Adult, qui est loin (très loin) d’être mon genre préféré. 

Mais ce livre est un contemporain qui était bien évidemment parfait à lire à cette période hivernale et j’étais surprise car je l’ai vraiment adoré, alors que je ne m’y attendais pas le moins du monde ! 

9782265094109.jpg

Le Résumé: Depuis la mort de leur bébé, le mariage de Mabel et Jack n’a plus jamais été le même. Partir vivre sur ces terres inhospitalières paraissait alors une bonne idée. Seulement, le chagrin et le désir d’enfant les ont suivis là-bas et la rudesse du climat, le travail éreintant aux champs les enferment chacun dans leur douleur.
 (Je n’ai mis qu’une partie du résumé car je trouve que la suite révèle un peu trop de détails sur l’histoire)

Mon Opinion: Un coup de coeur absolu mais inattendu ! Un rythme très particulier pour ce roman, dont les fondations de l’intrigue sont posées dès les premières pages, et puis l’auteure laisse juste vivre ses personnages. C’est une histoire de destin et beaucoup de ce qui leur arrive y est lié. L’ambiance est très prenante, un peu mystique en même temps, on se demande un peu qui croire, est-ce que tout cela est vrai et si oui dans quelle mesure..
Les descriptions sont d’un réalisme extraordinaire, vraiment, j’étais en Alaska.
Le personnage de Faïna est vraiment très bien amené : en général avec ce type de personnages je trouve qu’on en fait toujours un peu trop, parfois pas assez, mais là c’est la juste mesure.
Le couple Jack/Mabel nous fait passer par toutes les émotions, et au final ils m’ont fait rêver par leur simplicité et leur beauté.
La famille Benson m’a fait beaucoup rire, j’ai adoré leur générosité et leur façon d’être tout simplement.
J’ai vraiment passé un très bon moment avec ce livre.

Retrouvez-moi sur Goodreads !

Cress (Les Chroniques Lunaires #3) – Marissa Meyer

Bonjour à tous,

Nous continuons aujourd’hui la revue des livres issus de ma PAL composée pour le Cold Winter Challenge, et dans cet article nous allons parler de Cress, le troisième tome de la saga des Chroniques Lunaires de Marissa Meyer.

Tout d’abord, un petit mot sur les Chroniques Lunaires. Il s’agit d’une saga littéraire, plutôt axée Young Adult et Sci Fi, dans lequel nous retrouvons des personnages et des histoires qui sont des réécritures des contes d’antan. Par exemple, le T1 est une réécriture de Cendrillon, le second du Petit Chaperon Rouge, et le troisième de Raiponce. Tous ces personnages se rencontrent dans un monde en pagaille, peuplé d’êtres humains mais aussi d’androïdes, de mutants, et de Lunaires (habitants de la Lune).. Les complots, les histoires d’amour et d’amitié, ainsi que les révélations sont tous liés entre eux, ce qui donne une saga haletante avec beaucoup de rebondissements et qui personnellement m’a procurée beaucoup d’émotions diverses et variées.

tumblr_nh03p1jGac1qzb19eo1_r1_500.gif
Fan art qui vient d’ici

Pour en revenir à Cress, il s’agit du T3 de la saga dans lequel nous découvrons une jeune fille qui est retenue prisonnière dans un satellite Lunaire par la thaumaturge de la reine Levana et qui travaille pour leur compte, en tant qu’informaticienne. Mais ses envies de justice et de vérité vont bientôt faire echo à celles de Cinder et de toute la petite bande, qu’elle ne va pas tarder à rencontrer..

91p9DZz7HHL._SL1500_.jpg

Mon opinion: Après la lecture de ce tome 3, je peux dire que « Scarlet » reste mon favori. En attendant « Winter » en tout cas. Comme tout le monde je pense j’ai adoré le développement du personnage de Thorne, sa force, son humour. Loup m’a exaspéré.
A la lecture des premières pages, j’avais l’impression que j’allais beaucoup aimer le personnage de Cress. Mais en fait, pas tant que ça. Considérant sa situation et son passif, je trouve qu’elle s’adapte un peu trop vite pour que ce soit réaliste. Au contraire, Iko est extrêmement réaliste de par ses imperfections et ses bourdes. Je l’adore.
Jacin est sans intérêt mais je suis certaine que son personnage sera plus amplement développé dans le dernier tome, car il retrouvera Winter.
Concernant le rythme du livre, tous les tomes de la saga se lisent rapidement et facilement, mais j’ai l’impression qu’ici l’auteure cherche des prétextes pour rallonger le livre et nous faire patienter jusqu’au dénouement, car il faut encore que l’on découvre le personnage de Winter.

N’oubliez pas que vous pouvez me retrouver ainsi que mes reviews, mes lectures en passées, en cours et à venir sur Goodreads en cliquant ici !

 

La Véritable Histoire de Noël – Marko Leino

Bonjour à tous,

Je vous avais parlé « récemment » du Cold Winter Challenge, auquel j’ai participé. Tout cela me semble maintenant assez loin car j’ai fini toutes les lectures de ce challenge il y a un petit moment. De ce fait ma revue de ce livre ne colle plus trop dans l’ambiance actuelle, avec les beaux jours qui pointent à nouveau le bout de leur nez.. MAIS un engagement est un engagement. Et c’est pour cela que je partage avec vous ce que j’ai pensé de ce livre, au cas où vous y penseriez pour l’hiver prochain.

Résumé du livre : Au cœur d’une Laponie aux neiges éternelles se niche un petit hameau. Nicolas y grandit paisiblement avec ses parents et sa petite sœur. Mais lorsque l’hiver emporte cruellement tous ceux qu’il aime, il se retrouve seul au monde et personne au village n’est assez riche pour l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera à la veille de Noël. Malgré sa situation difficile, Nicolas ne perd jamais espoir, et il continue de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Avec ses maigres moyens d’enfant et une étincelle de joie de vivre, le jeune garçon va réussir à raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée.

couverturedevOKElsaMarion-der-1400.jpg

C’était très sympathique de lire ce livre à la période de Noël, on est totalement plongés dans l’ambiance, surtout au début dans la cabane où vivent Nicolas, ses parents et sa petite soeur. Ce livre, animé de bons sentiments, fait un très beau conte pour les petits comme pour les grands.

Mais très sincèrement je suis passée un peu à côté de l’histoire. Tout d’abord il y a à mon sens un gros problème de rythme dans ce récit. (view spoiler) Certains épisodes qui auraient pu aider à développer la personnalité de Nicolas ne sont que brièvement évoqués, et d’autres carrément passés sous silence.

Du coup, j’ai un gros soucis avec les personnages. Je ne me suis attachée à aucun d’entre eux, ils me paraissaient tous très fades. Et Nicolas, lui, m’exaspérait carrément. Je trouve son entêtement complètement surréaliste et son ego est, à mon sens, surdimensionné.

J’aurais aimé frissonner un peu plus à la lecture de ce conte de Noël.

Je suis navrée car j’aurais aimé vous proposer une lecture un peu plus développée, malheureusement la lecture de ce livre commence à être lointaine dans ma mémoire. Je vous ai donc fait partager la revue que j’avais posté sur Goodreads à la fin de ma lecture.

Vous pouvez m’y retrouver sous le pseudo Mary Hammond (cliquez pour m’y rejoindre).